Blog

Causes profondes des conflits violents dans les pays en développement

Pauvreté et politiques, sociales et économiques les inégalités entre groupes prédisposent aux conflits; les politiques visant à les combattre réduiront ce risque. Les dix pays les plus pauvres du monde souffrent ou ont souffert récemment d’un conflit violent à grande échelle. Les guerres dans les pays en développement ont de lourds coûts humains, économiques et sociaux et sont une cause majeure de pauvreté et de sous-développement. Les décès infantiles supplémentaires causés par la guerre au Cambodge, par exemple, ont été estimés à 3 % La plupart des conflits actuels, comme au Soudan ou au Congo, se déroulent dans les États, bien qu’il y ait souvent une intervention extérieure considérable, comme en Afghanistan. Au cours des 30 dernières années, l’Afrique a été particulièrement touchée par la guerre (voir figure 11). Figure 1 Nombre de conflits armés par niveau, 1946 et 2000; (Adapté du PN Gleditsch, Wallensteen P, Eriksson M, M Sollenberg, Strand H. Conflit armé 1946-2000: un nouvel ensemble de données www.pcr.uu.se/workpapers.html)Cet article passe en revue les preuves sur les causes profondes de conflit et propose des réponses politiques qui devraient être adoptées pour réduire la probabilité d’une guerre future. Les guerres sont une cause majeure de pauvreté, de sous-développement et de mauvaise santé dans les pays pauvres L’incidence de la guerre a augmenté depuis 1950, la plupart des guerres se situant à l’intérieur des États.Les guerres ont souvent des dimensions culturelles liées à l’appartenance ethnique ou religieuse. les causes profondes comprennent les inégalités politiques, économiques et sociales; pauvreté extrême; stagnation économique; services gouvernementaux médiocres; chômage élevé; dégradation de l’environnement; et des incitations individuelles (économiques) à combattre. Pour réduire la probabilité de guerres, il est essentiel de promouvoir le développement inclusif; réduire les inégalités entre les groupes; lutter contre le chômage; et, grâce au contrôle national et international sur le commerce illicite, réduire les incitations privées à combattre