Blog

Les jumeaux noirs sont nés de parents blancs après la confusion des traitements

Le cas des jumeaux noirs nés d’un couple blanc recevant un traitement contre l’infertilité, qui est devenu public cette semaine, semble devoir devenir une affaire de tribunaux. L’avocat officiel a reçu des injonctions interdisant la divulgation de l’identité de l’un des parents, des enfants ou de la clinique concernée. On ne sait pas si l’incident a impliqué l’introduction du sperme d’un homme noir dans les œufs de Mme A ou des embryons fécondés complets d’un couple noir étant implanté dans son utérus. L’erreur a eu lieu avant 2001, de sorte que les enfants peuvent maintenant avoir plus d’un an. Le couple blanc, connu sous le nom de M. et Mme A, est apparemment déterminé à garder les enfants. Les audiences judiciaires préliminaires débuteront en octobre. Les experts disent que ceux-ci sont susceptibles de se concentrer sur la question de la paternité légale. Dr Vivienne Nathanson, chef de la science et de l’éthique à la BMA, a déclaré que la loi était claire sur la maternité, reconnaissant que la maternité s’applique à la femme qui portait l’enfant, indépendamment des gènes. La position des deux futurs pères est moins claire. Selon la loi de 1990 sur la fécondation et l’embryologie humaines, le mari du couple qui a reçu un traitement contre l’infertilité devrait être considéré comme le père s’il donnait son consentement au placement des embryons. On pourrait faire valoir que M ampoule. A n’a pas donné son consentement éclairé car il ne connaissait pas la véritable nature des embryons.