Blog

S8 différences un champ de mines pour les pharmaciens

L’absence de réglementation centralisée pour le traitement des médicaments S8 en Australie expose potentiellement les pharmaciens et les médecins généralistes à des risques d’erreur s’ils se déplacent d’un État à l’autre.

Un groupe de trois étudiants en médecine de l’ANU, dont deux diplômés en pharmacie, ont analysé les exigences actuelles des autorités S8 dans toutes les juridictions et ont trouvé une gamme de «nuances» dans différents états et territoires retrait.

Alors que les praticiens de la santé peuvent se déplacer librement entre les juridictions suite à la création de l’AHPRA en 2010, cela n’a pas été accompagné d’une normalisation réglementaire, ont-ils dit.

« Une plus grande mobilité des professionnels de santé entre les juridictions s’est accompagnée de nouveaux problèmes », ont-ils déclaré.

«À notre connaissance, les prescripteurs nouvellement réinstallés dans un autre État ou qui exercent leurs activités dans plus d’une administration n’ont pas de ressource unique et claire qui documente les légères nuances dans les règlements de chaque État ou territoire. Les exigences légales pour prescrire des médicaments S8 ne sont pas accessibles aux prescripteurs ».

Alors que les pharmaciens dans un état particulier peuvent guider les prescripteurs sur la réglementation et la légalité des ordonnances, ils sont confrontés à la même confusion lorsqu’ils se déplacent entre les États, les auteurs ont dit.

« De même, les patients qui se déplacent d’un état à l’autre peuvent trouver que la prescription qui a été légalement fournie dans un état n’est pas légale dans un autre, ce qui entraîne des retards dans le traitement ».

Alors que l’unification de la législation à l’échelle nationale peut ne pas être possible, tous les États et territoires pourraient maintenir des règlements individuels, mais unifier les exigences juridiques S8, les auteurs ont dit.

« Etant donné que les exigences S4 sont standardisées entre les différents états et territoires, pourquoi les exigences S8 sont-elles traitées différemment? »